Dans cette interview à destination des enseignants, Denis Guiot, directeur de la collection « Mini Soon », définit ce qu’est la science-fiction et explique pourquoi, contrairement aux idées reçues, ce genre littéraire est accessible dès le cycle 3. À suivre chaque semaine sur notre blog !

La science-fiction : une « conjecture romanesque rationnelle » ?

« Pierre Versins, écrivain français mort en 2001, auteur de la monumentale Encyclopédie de l’Utopie, des Voyages extraordinaires et de la Science-fiction (L’Âge d’Homme, 1972) et fondateur du fameux musée de la science-fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires (La Maison d’Ailleurs à Yverdon en Suisse) préfère au terme de science-fiction l’expression de conjecture romanesque rationnelle, car pour lui, ces trois composantes sont nécessaires et suffisantes pour caractériser un roman de science-fiction. L’expression n’est ni très élégante, ni très pratique, mais en tout cas elle a le mérite de cerner correctement le problème de la définition du genre (et de ne pas être une source constante et fatigante de malentendus comme le mot science-fiction).

Lire la suite

Dans cette interview à destination des enseignants, Denis Guiot, directeur de la collection « Mini Soon », définit ce qu’est la science-fiction et explique pourquoi, contrairement aux idées reçues, ce genre littéraire est accessible dès le cycle 3. À suivre chaque semaine sur notre blog !

Quelle est votre définition de la science-fiction ?

« La littérature romanesque peut se répartir en deux champs : le champ des littératures dites « mimétiques », c’est-à-dire dont l’objectif est de « mimer » la réalité (littérature générale ou mainstream, roman policier, historique, sentimental, etc.) et le champ des littératures dites « non-mimétiques », qui ne miment pas la réalité, bien au contraire, elles la réinventent et on les appelle parfois « littératures de l’imaginaire ».

Faisons le point sur ces trois genres cousins des littératures non-mimétiques : le fantastique, la fantasy et la science-fiction, souvent confondus dans l’esprit du grand public.

Lire la suite

Dans cette interview à destination des enseignants, Denis Guiot, directeur de la collection « Mini Soon », définit ce qu’est la science-fiction et explique pourquoi, contrairement aux idées reçues, ce genre littéraire est accessible dès le cycle 3. À suivre chaque semaine sur notre blog !

La science-fiction ouvre-t-elle sur un questionnement social ?

« Absolument ! La SF est un extraordinaire miroir de notre présent. Le détour par le futur ou par l’ailleurs permet un regard décalé, une relecture plus dynamique de notre société actuelle et de ses enjeux, façonnée par la technologie (manipulations génétiques, réalités virtuelles, question écologique etc.).

Lire la suite

Dans cette interview à destination des enseignants, Denis Guiot, directeur de la collection « Mini Soon », définit ce qu’est la science-fiction et explique pourquoi, contrairement aux idées reçues, ce genre littéraire est accessible dès le cycle 3. À suivre chaque semaine sur notre blog !

Qu’essayez-vous de transmettre aux enfants : la « spéculation logique » ?

« La spéculation logique est la base même de la science-fiction. Son rôle est de poser la question « Que se passerait-il SI ? ». Il est essentiel de donner à l’enfant l’envie de se poser des questions, de questionner le monde qui l’entoure, de ne pas tout avaler béatement sans réfléchir.

Lire la suite

Dans cette interview à destination des enseignants, Denis Guiot, directeur de la collection « Mini Soon », définit ce qu’est la science-fiction et explique pourquoi, contrairement aux idées reçues, ce genre littéraire est accessible dès le cycle 3. À suivre chaque semaine sur notre blog !

En quoi vos récits sont accessibles à des jeunes enfants d’âge scolaire ?

« Je reconnais que le pari de lancer une telle collection était audacieux car la science-fiction a, hélas, la réputation d’être un genre difficile et rébarbatif. Selon moi, l’âge minimum pour lire de la SF est 7/8 ans. Car, pour que l’enfant puisse pleinement apprécier la science-fiction, il doit être capable de différencier le merveilleux – où les choses magiques existent en tant que telles, naturellement, sans justification – de la science-fiction qui, elle, est tenue de rendre plausible l’imaginaire du récit, ou tout au moins de faire semblant !

Lire la suite