Depuis 2012, Ava séduit les lecteurs. Nous avons eu envie de vous en dire plus sur la façon dont nous avons vécu cette aventure, avec une interview de Stéphanie Hoyos-Gomez, l’éditrice de la série.


Qu’est-ce qui chez Maïté Bernard a retenu votre attention ?

J’ai connu Maïté à travers un premier manuscrit de roman qu’elle nous avait envoyé en 2008, et qui répondait au titre intriguant de Un cactus à Versailles. Nous l’avons publié un an plus tard, dans la collection « Tempo+ ». C’est l’histoire d’une famille versaillaise très soucieuse des apparences, où l’on n’a pas tellement le droit à l’erreur, et dont le fils aîné est incarcéré pour avoir commis un acte violent. Le sujet du roman excède largement celui du milieu social : comment réagiriez-vous si une personne qui vous était très chère se conduisait d’une façon que vous jugez horrible ? Pourriez-vous l’aimer encore ? Il y avait dans la première version du texte une dimension « polar » qui nous semblait un peu superflue, et que Maïté a gommée. Les personnages de ce roman, et notamment l’héroïne (Marie-Liesse, la plus jeune sœur de la fratrie), sont si étonnants et détonants, si formidablement humains, assumant comme ils le peuvent leurs contradictions, que l’histoire se soutenait très bien sans cette intrigue supplémentaire. Marie-Liesse est d’ailleurs devenue l’héroïne d’un deuxième roman paru en 2011, Trois Baisers.


Pouvez-vous me décrire votre relation éditrice-auteure ?

Maïté m’envoie toujours une version très aboutie de ses romans. Ce n’est pas le cas de tous les auteurs, il arrive qu’on me demande un avis sur un début, une histoire en développement, la première version d’un texte… Je ne sais jamais rien à l’avance des histoires qu’écrit Maïté. Le tome 3 de « Ava » se clôt sur une incroyable révélation qui remet en perspective les deux premiers tomes, et dont je n’ai pas été prévenue davantage que les autres lecteurs ! Je ne sais rien à ce jour du cinquième et dernier tome de la série. Je suis donc placée dans la même position que le lecteur qui découvre les livres, mon regard n’est pas biaisé. Je donne à Maïté ma lecture du texte, le plus objectivement possible, sans risquer de me conformer malgré moi à la vision qu’elle en a puisque je ne la connais pas. Je crois que Maïté est un des auteurs à qui j’ai écrit mes plus longs mails. Non pas qu’il y ait tellement de choses à redire sur ses manuscrits ! Mais parce que j’essaie d’avoir le même degré de précision et d’exigence qu’elle a elle-même pour ses romans, dont les personnages sont toujours extrêmement riches et complexes, cernés avec un sens de l’introspection rare.


Qu’est-ce qui vous a séduite dans le projet « Ava » ?

Ce qui m’a séduite dans le projet « Ava », c’est d’abord le fait qu’une auteure douée pour explorer tout ce qui touche à l’intime et à la perception de soi décide de créer un personnage doté d’un pouvoir surnaturel. Ava n’est pas définie par son don, loin de là. C’est davantage un point de départ, une particularité (comme tout le monde en a en naissant) dont Maïté tire, de façon très réaliste cette fois, toutes les implications possibles qu’elle aura sur la vie de son personnage. Ce qui compte, ce n’est pas tant qu’Ava voie les fantômes, mais qu’elle n’ait jamais, à cause de cela, pu parler en toute franchise avec ses parents, qu’elle se soit niée elle-même pour partie durant des années. Puis qu’elle soit d’un coup projetée sur le devant de la scène quand elle accepte finalement d’être ce qu’elle est, elle qui préférerait tellement rester discrète et polie. Qu’elle se confronte enfin à un très grand nombre d’adultes (tous les fantômes qu’elle console) dont elle essaie de comprendre les parcours de vie, alors qu’elle n’a que seize ans. J’aurais adoré lire les « Ava » quand j’étais adolescente. Il me semble que l’on peut comprendre à travers ces romans des choses sur la vie que l’on ne nous dit jamais. Voyez, à la fin de La Mort préfère Ava, cette leçon de vie donnée par Cecilia (la très vieille dame consolateur à qui Ava va succéder), qui nous laisse sans voix. Ajoutez à cela le sens de l’autodérision réjouissant de Ava, son regard sur ses propres faiblesses qui nous la rendent si proche et nous font rire, son côté glamour (malgré elle parfois), mais aussi le talent particulier de Maïté Bernard pour parler des relations entre les adolescents et des histoires d’amour, et puis bien sûr l’écriture de Maïté, précise, fluide, qui ne nous emmène jamais exactement là où on croit aller, et vous comprendrez aisément pourquoi j’aime ces romans.

Pour découvrir le point de vue de l’auteur, Maïté Bernard, rendez-vous sur le webzine de la revue Citrouille !

Après une longue marche nocturne à travers les ruelles de la ville, l’inquiétante silhouette disparut dans la brume… Ou pouvait-elle se rendre ?

Lire la suite

Cette 15ème édition, de la très débridée Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne,  aura pour thème :          « soyons fous ! ». Il y aura des spectacles, des rencontres des animations, des débats, des rires… enfin bref ! Tellement de choses. N’hésitez pas à venir car plus on est de fous…

- Suis-je devenu fou ?
- Oui je pense Chapelier. Mais je vais te dire un secret : la plupart des gens bien le sont.
Alice au pays des merveilles.

.

Lire la suite

Caroline Hayot développe depuis 2004 le secteur jeunesse de la librairie Larcelet à Saint-Dizier. À l’occasion de la sortie de La mort préfère Ava, elle nous fait part de son coup de cœur de libraire pour la série de Maïté Bernard.

Lire la suite

La mort préfère Ava, troisième tome de la série de Maïté Bernard, sort aujourd’hui en librairie ! En attendant de s’y plonger, Sophie Pilaire, bibliothécaire jeunesse, nous livre son avis sur les deux premiers qu’elle a lus avec délectation.

« Comme toute bibliothécaire jeunesse qui se respecte, j’aime les livres et j’aime les chats. Au point de créer un blog avec un chat qui parle de livres. Et c’est ainsi que Les riches heures de Fantasia propose des avis sur toutes sortes de lectures jeunesse, menées par un ravissant félidé, Fantasia, et moi-même, Sophie. Nous avons évidemment nos préférences, et nos coups de cœur. La série des Ava de Maïté Bernard fait partie de ceux-là : après avoir adoré les deux premiers tomes, nous attendons avec impatience le troisième ! »

Lire la suite

Maïté Bernard, déjà auteur chez Syros de Un cactus à Versailles et de Trois Baisers, nous fait découvrir les dessous de son roman Ava dans l’interview qui suit !

Lire la suite

Découvrez les premières critiques ! Merci aux bloggeurs.

Lire la suite

La semaine passée, nous vous parlions de cette nouvelle héroïne prête à enthousiasmer les jeunes lecteurs, (mais aussi les parents) :
Ava
, qui communique bien malgré elle avec les fantômes. Surnaturel, humour, chasse au trésor et english breakfast à volonté !

Découvrez, avant parution les trois premiers chapitres : “Ava préfère les fantômes” de Maïté Bernard à paraître le 23 février 2012.
Nous aurons l’occasion de vous parler un peu plus de Maïté Bernard dans les prochaines semaines. Sachez qu’elle est l’auteur aux éditions Syros de Un cactus à Versailles et de Trois baisers, tous deux dans la collection «Tempo+».

Bonne lecture et laissez-nous vos premières impressions sur notre page Facebook.

Un jour, il a bien fallu qu’elle cesse de faire semblant…

Lire la suite