Vous mettez aussi sur le devant de la scène la personnalité réelle de Sampat Del Paviet et son Gûlabï Gang. Comment s’inscrit la lutte de ces femmes militantes dans Bye Bye Bollywood ?

En Inde, il y a des lois qui protègent la condition des femmes. Mais dans les zones rurales, la négligence ou la corruption des fonctionnaires font qu’elles sont rarement appliquées. Sampat Pal Devi est originaire d’un village de l’Uttar Pradesh. Un jour, elle en a eu assez de voir des épouses frappées ou mutilées, des veuves rejetées, des petites filles mariées de force… Elle a convaincu ses voisines de s’unir autour d’elle pour montrer aux tortionnaires, bâton à la main, qu’à partir de maintenant si on touchait à une femme, c’est à mille qu’on devrait rendre des comptes. J’ai eu la chance de rencontrer cette guerrière et chez elle, j’ai fait la connaissance d’une adolescente qui avait fui son domicile car ses parents voulaient la marier à un homme de quarante ans son aîné. Sampat était en négociation avec le père pour annuler le mariage. Elle a obtenu gain de cause. Et moi j’ai eu envie d’en parler. C’est comme ça qu’est né le personnage de Fulky. Fulky parvient, avec son rêve d’amour, à lutter contre le poids des traditions.




Ajouter un commentaire

Protected by WP Anti Spam