L’enquête sur la mort de la vraie Eva est un élément central de votre roman, qui prend très vite des allures de thriller. Comment avez-vous construit votre intrigue ?

Au commencement, E.V.E. se persuade qu’elle a besoin de devenir Eva pour mener l’enquête, car elle est limitée par son statut de « machine ». Équipée d’un corps, de capacités d’échanges, elle peut combler ces limites. Mais elle reste une E.V.E. malgré tout et elle n’a pas d’autre choix que de continuer à faire ce pour quoi elle est programmée. L’intrigue se noue autour du fait que ce sont ses deux facettes qui lui permettent de progresser et de comprendre les différents aspects de l’affaire. Eva, en tant que civile, n’a pas accès à certaines informations, alors que E.V.E. est au cœur du réseau de la ville. Inversement, E.V.E. ne peut pas se déplacer, poser des questions, alors que Eva le fait. Pour mener ses deux existences de front, elle va devoir mentir, redoubler de vigilance, afin de préserver son secret. Et bientôt, ce sont ses deux identités qui vont se retrouver menacées, car elle ne parvient plus à être pleinement ni l’une ni l’autre, et il lui est de plus en plus difficile de renoncer à être Eva.




Ajouter un commentaire

Protected by WP Anti Spam