Le dernier roman de Florence Hinckel, #Bleue, vient de paraître aux éditions Syros. Dans ce roman d’anticipation passionnant, elle imagine un monde hyper-connecté, foisonnant de distractions, dans lequel il serait possible d’éradiquer la douleur émotionnelle. Mais à quoi ressemble une société où les émotions douloureuses n’existent plus ?

Florence Hinckel répond à nos questions. À suivre chaque semaine sur notre blog !


Vous avez effectué des recherches fouillées sur la suppression de la douleur émotionnelle. Ce type de traitement existe-t-il déjà de nos jours ?

“C’est en lisant un article sur ce thème que j’ai eu l’idée d’en parler. Il existe une molécule qui permettrait d’at­ténuer la charge émotionnelle liée à un événement traumatisant. On comprend tout l’intérêt d’un tel trai­tement : en cas de stress post-trau­matique, l’anxiété et les cauchemars génèrent une vraie souffrance. Mais on traverse tous dans nos vies des épi­sodes de douleur émotionnelle. Com­ment mesurer le degré de souffrance qui mériterait un traitement ? Que fait-on du travail de deuil nécessaire pour mieux se connaître ? À quoi ressemblerait une société où chacun pourrait ne plus souffrir émotion­nellement ? Je me suis posé toutes ces questions en lisant cet article. Puis mes recherches m’ont appris que de nombreuses expérimenta­tions avaient déjà été effectuées dans ce sens, dès le début du XXe siècle. Et voilà, mon roman avait germé !”

En savoir plus sur #Bleue et feuilleter un extrait.

Retrouver toute l’actualité de Florence Hinckel sur son site http://florencehinckel.com




Ajouter un commentaire

Protected by WP Anti Spam